La Banque africaine de développement au front pour l’entreprenariat des jeunes

Lors d’un atelier tenu au mois de février à Abidjan (Côte d’Ivoire), Pierre-Justin Kouka, directeur par intérim de la Banque africaine de développement pour le capital humain, la jeunesse et le développement des compétences, a rappelé que « Le développement de compétences de qualité pour l’employabilité des jeunes aidera l’Afrique à faire un bond en avant et à accélérer le développement inclusif et durable ».

Quelques 50 délégués de 13 pays d’Afrique, représentant des organisations internationales, des universités et le secteur privé, étaient réunis dans le cadre d’un atelier d’étude de cadrage du secteur de l’enseignement et de la formation technique et professionnelle (EFTP).

Selon une enquête portant sur le sujet en Afrique, des progrès substantiels ont été faits en matière de développement économique. Cependant, il demeure difficile de répondre aux besoins actuels et futurs de l’industrie en raison de l’inadéquation des compétences, de la faiblesse des liens entre les industries, des contraintes de ressources et de la mauvaise mise en œuvre des politiques. Des liens doivent ainsi être renforcés entre l’enseignement et la formation, tant techniques que professionnels, et l’industrie afin de doter les jeunes de compétences destinées à stimuler le développement technologique et économique du continent.

Ces points font partie des sujets liés, entre-autres, à l’entreprenariat des jeunes et des femmes sur le continent africain. Un investissement urgent s’impose compte tenu de la croissance de la jeunesse africaine et il en sera question lors du Forum Afrique Expansion 2020.



treize − six =

Call Now Button