Affaires Mondiales Canada se joint au Forum Afrique Expansion

Stratégiquement placé au cœur de la diplomatie canadienne, Affaires Mondiales Canada s’ajoute ainsi au lot de partenaires de prestige de cet événement, parmi lesquels plusieurs institutions publiques et des opérateurs privés canadiens et internationaux. 

Sa présence, aux côtés du Forum AE, conforte ce dernier dans sa mission d’être la première plateforme de partenariats et d’opportunités d’affaires Afrique-Canada. Rappelons que les investisseurs canadiens ont, petit à petit, repris le chemin de l’Afrique où des plages d’émergence économique se font de plus en plus jour. 

Il est à noter qu’en plus de gérer les relations diplomatiques du pays, Affaires mondiales Canada fait la promotion du commerce international canadien et dirige le riche volet du développement international. Selon les derniers chiffres du gouvernement canadien, le Canada n’a cependant représenté que 3,2% des 49 milliards $US d’investissements directs réalisés sur le continent africain. 

Pour appuyer les entreprises canadiennes à prendre leur place sur un continent d’offrir le meilleur taux de retour sur investissement au monde, dont la fourchette est comprise entre 20 et 30% selon les analystes, Ottawa a signé des accords de promotion et de protection des investissements étrangers (APIE) avec le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Sénégal et la Tanzanie. Ces ententes, qui visent à promouvoir la hausse des investissements bilatéraux entre le Canada et ces pays, contribuent à en réduire les risques et renforcent la confiance des investisseurs. On prendra pour exemple le Burkina Faso où les investissements canadiens s’élevaient à 1,479 milliard $ en 2017 ou encore le Mali où ils se sont élevés à 659 millions au cours de la même année.  

Selon les derniers chiffres disponibles, les échanges commerciaux entre le Canada et ces pays s’établissent de la façon suivante : 

CANADA TOTAL DU COMMERCE TOTAL DES EXPORTATIONS TOTAL DES IMPORTATIONS 
    
BÉNIN 26 400 000 $ (2016) 26 000 000 $  400 000 $ 
BURKINA FASO 59 102 074 $ (2017) 58 400 000 $ 702 074 $ 
CAMEROUN 52 400 000 $ (2017) 43 300 000 $ 9 100 000 $ 
CÔTE D’IVOIRE 358 400 000 $ (2017) 38 500 000 $ 319 900 000 $ 
GUINÉE 76 600 000 $ (2017) 14 100 000 $ 62 500 000 $ 
MALI 28 800 000 $ (2017) 26 500 000 $ 2 300 000 $ 
SÉNÉGAL 57 500 000 $ (2017) 49 100 000 $ 8 400 000 $ 
TANZANIE 99 800 000 $ (2017) 86 100 000 $ 13 700 000 $ 

SOURCE : GOUVERNEMENT DU CANADA 

En dehors de ces accords particuliers, les investisseurs canadiens se retrouvent dans plusieurs secteurs de l’ensemble du marché africain. On parle notamment de véhicules de transport et de pièces de rechange automobiles . De viande, de textile, d’équipement électrique et électronique de machinerie, des mines et d’énergie. Un accent particulier est cependant mis sur ces deux derniers volets, où les compétences canadiennes sont les plus indiquées. 



4 − 1 =

Call Now Button